Pompe « Topeak JoeBlow Booster »

Quel est le biker qui n’a jamais, au mieux pester, au pire « péter » une durite, au moment de monter un pneu tubeless, ou tubeless ready, sur une jant...

Cohabitation sur les chemins

A l’heure où certaines communes valaisannes (Dorénaz, Evionnaz), se basant hypocritement sur un texte aussi flou qu’obsolète (art. 43 de la loi fédéra...

LIML

Derrière cet acronyme un peu rebutant se cache probablement une « vraie » bonne nouvelle pour tous les adeptes de VTT que compte le Vieux-Pays. L.I.M....

L’oiseau de mes rêves

Après plus de 20 ans de pratique assidue du VTT dans moult régions de Suisse et du monde j'ai vu défiler pas mal de sentiers, chemins et autres single...

Bikorama 09-10

Yes ! Jeannot Is Back ! Oui, mais je vous calme tout de suite, bande de furieux. C’est du Jeannot nouveau* dont je parle. L’artiste et son talent so...

Ego, perfo, chrono …

Avant de fréquenter assidûment les traces de ski de rando et les sentiers de VTT, je pensais naïvement que ces espaces préservés étaient peuplés d’hédonistes, adeptes d’efforts physiques, certes, mais surtout de détente, de plaisir et d’épanouissement personnel. Après quelques années de « crapahutage » d’abord estival, puis plus récemment hivernal, je suis bien forcé de constater que c’est de moins en moins le genre de personnes qu’on y rencontre. La gent dominante qui prospère dans ces coins de montagne ou de nature, souvent magnifiques, n’a pratiquement (plus) rien à voir avec l’idée que je pouvais m’en faire. La plupart des randonneurs (je ne suis pas sûr que ce soit un terme bien choisi) que je croise, n’a souvent aujourd'hui, comme unique préoccupation, que le chrono, le tempo, la perfo, le dénivelé et la moyenne horaire. J'avoue que cette évolution me fascine autant qu'elle me désole.