Deux ou trois nuits froides, un peu de pluie, et ça y est, l’automne a pris ses quartiers. Après les herbages d’altitudes qui avaient déjà entamé leur mue saisonnière, les feuillages virent maintenant, qui à l’or, qui à l’ocre, qui au vermeil. Dame nature abandonne inexorablement son vert monochrome pour se parer de tons plus colorés et plus chauds. L’œil se régale, l’esprit apprécie.

Le Saflischpass, que nous l’avions découvert en mode « automne », il y a pratiquement douze ans jour pour jour, au-delà d’un formidable tracé, particulièrement bien adapté au VTT, reste un étonnant « voyage » hors du temps et de la civilisation. Loin de tout, préservé comme peu de vallées du Vieux-Pays, il confine au mystique, une fois sa livrée automnale revêtue.

Une sorte d’Oktoberfest sans bières, mais pas dénuée de saveurs pour autant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer