Comme il est maintenant acquis que plus jamais je ne m’infligerai la terrible ascension vers Jeur Brûlée en « musculaire », pour aller découvrir un nouveau ruban de terre (encore) inconnu, en l’occurrence celui qui « toboggane » sur Mayen Loton, il n’y avait pas 36 solutions. Ou s’infliger un aller-retour qui fait mal aux pieds, ou s’appuyer sur les vertus de Sieur Levo, le meilleur ami des jambes fatiguées et des montées trop soutenues.

Option deux retenue, votre Honneur !

Et plutôt trois fois qu’une. En effet, pour ce premier vendredi de juin (on dirait une annonce œucuménique), aller, ou retourner, à Jeur Brûlée en « assisté » a rapidement trouvé un joli consensus au sein de notre petit groupe « élargi ». Bon choix, le chemin de Mayen Loton est une pure « tuerie », sorte de piste de bobsleigh bien pentue, plus adhérente qu’il n’y parait et dotée de bords relevés permettant de l’aborder avec une dose de confiance réhaussée.

Un grand moment de bike, sur un chemin qui gagne à être connu, à défaut d’être « sommitalement » facile d’accès.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer