Qu’il semble déjà loin ce singulier été de févier. Mars, tout cadet de l’hiver qu’il est, s’est chargé de remettre les pendules à l’heure bien avant son fatidique dernier weekend. Un Mars, et l’hiver redémarre en fanfare ! Tellement en fanfare d’ailleurs, que ses jours à peu près secs et à peu près sûrs ont été aussi rares qu’un nouveau printemps sans déclaration d’impôt. Reste qu’après deux semaines d’aléas météorologiques et grippaux, il était temps de rechausser pour aller profiter de ce généreux or blanc martien.

Après avoir laissé la situation nivologique se détendre un peu, en ce samedi printanier, nous avons choisi de retourner visiter une vieille connaissance de la rive droite, pinacle du coteau le plus « bikable » du Vieux-Pays, le Niwen. Aussi appelé « Einigs Alichji » par ceux qui arrivent à le prononcer, ce sommet couronnant l’adret de Brentschen/Jeizinen, est un véritable hymne au soleil. Détail hautement appréciable après quinze jours de gris ou de lit (pour certains).

Petite particularité de notre millésime 2019, une décoiffante partie de poker entre le tempétueux vent d’Ouest, chargé de la prochaine perturbation annoncée et un foehn bien décidé à faire de la résistance. Autant dire que la partie finale de notre ascension, le long de cet épaulement panoramique mais très exposé aux caprices d’Eole, s’est faite dans une ambiance aussi ventilée que peu propice aux papotages de fin de rando.