L’ombre ou la lumière, l’adret ou l’ubac, le sandwich ou la fondue, la piste ou la « peuf », tout dans la vie est une question de choix. Chacun fait les siens en fonction des éléments qu’il privilégie, et, à la fin, il n’y a que les sensations ressenties qui peuvent les arbitrer. A ce petit jeu, l’ombre initiale et la froidure sommitale ont bien peu compté face à la superbe neige fraîche et souvent vierge à tracer ou la succulente et pantagruélique fondue à la moutarde ancienne de mi-descente.

L’itinéraire du Rogneux n’est réputé ni pour sa tranquillité, ni pour son ensoleillement. Pourtant, en choisissant bien son jour, la première peut facilement être retrouvée et le déficit du second, largement compensé par les superbes conditions d’enneigement rencontrées. Quand on y rajoute le chaleureux accueil du gérant de la cabane de Brunet, ses compétences en matière de cuisine du terroir et ses talents de raconteurs, le plan, de judicieux devient carrément succulent.

Faut juste pas le dire trop fort, ça pourrait donner des idées aux randonneurs qui préfèrent le soleil, les pistes et les sandwichs secs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.