La corvée de pain du matin, pour certains, c’est juste enfiler des pantoufles, mettre un peignoir et descendre un (ou plusieurs) étage(s).
Pour d’autres, distance de la boulangerie oblige, cette même corvée nécessite de se vêtir avant de sortir et éventuellement émettre un peu de CO2 pour gagner sa croûte.
Pour d’autres encore, manger son pain quotidien consiste à le faire soi-même et, ainsi, privilégier le levain à la levure, la farine artisanale à l’industrielle et ses mains à celles des autres.
Et pour d’autres, enfin, la corvée de pain n’est pas une corvée.

Ce pain, c’est 15 kilomètres d’air glacé et de soleil tout juste levé.
Ce pain, c’est 15 kilomètres de crissements de pneus ou de projections boueuses.
Ce pain, c’est 15 kilomètres de neige tassée à tracer en force ou de glace vive à rouler comme sur des œufs.
Ce pain, c’est 15 kilomètres de bonne heure et de bonheur.

Et ce pain-là, mes amis, il n’a pas de prix.
Il est comme la première gorgée de bière après une journée caniculaire, sa saveur est si particulière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer