Malgré sa réputation justifiée de ne jamais rien donner, le Gälmji n’en finit pas de voir défiler les bikers prêts à en défier ses gourmandes déclivités. Considéré comme difficile d’accès, plus par la première partie de sa plongée dans le Nesseltal que pour son ascension à partir du col du Simplon, cette large échancrure entre Tochuhorn et Staldhorn attire les deux roues comme un pot de miel les ours de Colombie Britannique. La faute à « Bärgeri », improbable bisse perché entre Glishorn et apics des gorges de la Saltine, donnant accès à la phénoménale descente finale sur Brigue, via Grundwald, Jungholz, Tälwald puis Cholerschleif.

Il existe de nombreuses façons de rejoindre la vallée du Rhône à partir du col du Simplon. Sans même évoquer la route internationale « surbétonnée », nous en connaissons de très gratifiantes, à travers le Nanztal, puis le Gebidum, ou de plus rugueuses, via la Taferna et son incontournable Stockalperweg. Mais finir un « bike-trip » de 4 jours sur ce col historique par la descente du Gälmji reste un feu d’artifice digne de la plus grande fête nationale sans sécheresse, la cerise sur la plus gargantuesque forêt noire sans clinique ou Byzance, Versailles et le Pérou, réunis pour l’occasion dans la même exrpession et au même endroit béni, le Nesseltal.