Heidi, Heido, Heida

Heidi, comme son pays de légende. Montagneux, sauvage, préservé, même s’il n’est pas la vallée la plus isolée du Haut-Valais et qu’il compte quelques grappes d’alpages disséminés aléatoirement dans son fond ou sur ses flancs, le Nanztal n’en reste pas moins totalement inhabité et accessible uniquement par des sentiers pédestres.

Heido, comme le bisse le plus élevé et le plus étonnant du Vieux-Pays. Prenant sa source au pied des contreforts du Fletschhorn, ses 7 kilomètres de pente douce suspendue serpentant paresseusement entre 2’000 et 2’400 mètres d’altitude sont un véritable ravissement à dérouler sous ses semelles ou sous ses roues cramponnées.

Heida, comme ce célèbre vin blanc issu des plus résistants cépages de Savagnin, poussant sur le flanc occidental de la vallée de Viège, jusqu’à plus de 1’100 mètres d’altitude, aux portes de Visperterminen. Mais au-delà de son étonnant nectar, aussi appelé « Païen », ce vaste et étouffant versant recèle également quelques petites perles de chemins, dont le bisse de Bodmeri-Niwa et le phénoménal toboggan de Hotee ne sont pas les moindres.

Sept heures de bike, intégralement sur « wanderweg », dans la fournaise de l’habituelle canicule des derniers jours d’août. Si ce n’est pas là la plus belle escapade VTT de la saison, c’en est assurément la plus panoramique, la plus ludique et la plus gratifiante.