Dans la série « va et découvre ton pays ! », en plus isolé que le Binntal, en plus sauvage que le Nanztal et en à peine moins perché que le Jolital, pour ce premier jour de juillet, nous avons opté pour le Rappetal. Alors autant vous le dire tout de suite, si vous aimez les colonnes de randonneurs, les buvettes de mi-rando et les sentiers battus avec panneaux indicateurs, oubliez ! N’y allez pas, cette vallée perdue n’est vraiment pas faite pour vous.

Par contre, si vous « kiffez » le calme des grands espaces, les « wanderweg » incertains, les bisses improbables et les itinéraires VTT atypiques et volorisants, dépêchez-vous d’aller y poser les crampons de votre « spad » préféré. Vous allez halluciner ! Ah, au fait, n’oubliez pas de vous munir d’une bonne dose de spray anti « canis lupus ». Cela vous sera beaucoup plus utile que le meilleur smartphone de la planète, qui de toute façon, n’y captera aucun réseau.

Longtemps rêvé, enfin bouclé !
La visite du Rappetal, son bisse à flanc, le Putzera, le portage hors-norme pour s’en extraire et sa « sublimissime » descente finale en toboggan sur Blitzingen : ça c’est fait !
Next ?