Ma dernière visite sur ce col transfrontalier, ou « trans-cousins », selon la manière de voir le Valais et le Val d’Aoste, m’avait inspiré une conclusion peu élogieuse : « Barasson, une idée à la con ». C’était soi-disant le premier jour de l’été. Il y avait déjà, ou plutôt encore de la neige, du brouillard, du vent et mes pieds trempés étaient chaussés de mes fidèles « SPD ». Exactement 295 jours plus tard, nous voilà de retour sur cette encolure rocheuse hérissée de disgracieux pylônes électriques. La neige est toujours au rendez-vous, mais éclatante de soleil, cette fois-ci, et nos pieds sont bien au chaud et au sec dans nos non moins fidèles « TLT ».

Certains endroits sont définitivement plus propices au ski qu’au bike. Barasson et son superbe vallon d’altitude en fait partie, surtout quand il a su se parer de cette petite couche de neige fraîche qui rend la descente si suave et délicieuse à tracer.

« Barasson, petit dessert de fin de saison » …
… à condition de bien choisir les trois lettres qu’on va chausser pour y aller.