Une saison de ski de rando sans rendre visite Madame Fava, c’est un peu comme une saison de VTT sans passer chez Monsieur Varneralp. Inenvisageable ! Alors voilà, pour notre septième sortie de l’hiver, ou du moins de ce qui lui ressemble, la mi-saison pointant déjà le bout de son nez, c’est chose faite. Les 2’500 et quelques mètres de ce petit sommet des « Bernoises » ont finalement revu nos spatules, malgré l’extrême douceur d’une journée coincée entre un déluge de soleil et un régime de foehn prenant peu à peu ses quartiers.

Pourtant, températures (trop) douces et météo printanière ne signifient pas forcément manteau neigeux transformé, ou en tout cas, pas encore. La partie supérieure de la descente, jusqu’à l’entrée de la forêt du Plapon était même en bien meilleures conditions que nous l’avions envisagé, grâce à un consistant manteau de neige fraîche, ne s’alourdissant que très peu avec la perte d’altitude et fort agréable à skier. Par contre, une fois la forêt franchie, notre menu est ensuite devenu légèrement plus indigeste. Ramolli et humidifié dans toute son épaisseur, la couche d’or blanc tombée il y a deux jours était beaucoup plus physique à skier. Au point de nous rabattre sur la route pour finir la descente sans nous « tuer » les jambes. Même si ce premier week-end de février, placé sous le signe du carnaval, en terres catholiques, avait un petit goût de printemps avant l’heure, surtout à basse altitude, rien n’est perdu. La semaine de « carna » rimant souvent avec météo « caca », on peut espérer rapidement repasser en mode hiver et retrouver une belle couche de neige fraîche pour le week-end prochain.

Wait, celebrate and see !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer