Si le VTT était une religion, la Colombie Britannique en serait son église et Pemperton, assurément l’un de ses pèlerinages les plus incontournables. Le choix, ou le non-choix, d’une religion ne peut ni se discuter, ni se vérifier. Par contre, l’assiduité à la pratiquer est un élément beaucoup plus tangible. Et, de ce point de vue, je pense qu’on peut assurément dire que nous sommes de fervents praticants. Du coup, il était juste hors de question de venir jusqu’à ce bout du monde-ci, sans aller brûler un cierge du côté de « Pioneer », « Fizzy Pop », « Dog Beach », « Back Pains », « Nimby » ou « Hawaii », des trails parmi les plus sanctifiés de « Pemby ».

Deuxième jour en Colombie et météo de plus en plus “british”. En plus de bruiner, désormais, il fait froid. Pas grave, à notre menu du jour, Michael, le plus franglais, plutôt « glais » que « fran » d’ailleurs, des guides québécois avait prévu deux remontées de singles d’anthologie. Largement de quoi nous réchauffer, même si en matière de traçage, leurs concepteurs ont vraiment mis la barre très haut. Tout passe sur le bike, bugnes, racines, rochers et lacets, à condition d’avoir un bagage technique suffisant, un cœur entrainé, des mollets affutés et une motivation sans failles. 1’000 mètres de D+, intégralement sur des chemins, c’était du jamais vu, pour nous. Notre pèlerinage à « Pemby » était donc d’autant plus justifié que les descentes proposées étaient, elles aussi, absolument « unreal ».