Généralement, quand on décide de rejoindre Albinen à VTT, c’est en démarrant de Jeitzinen et en passant par ses alpages, Fäsilalpu, Niwalp, Bachalp et Oberu. Malheureusement, la partie supérieure de cet itinéraire mythique étant encore momentanément prisonnière des neiges, nous avons choisi, une fois n’est pas (encore) coutume, d’atteindre ce pittoresque village haut-valaisan, accroché aux flancs du Torrenthorn, en venant de l’ouest, par Cordona et le grand bisse de Varen. Une variante inédite, insolite et à peine moins généreuse en chemins que sa grande soeur habituelle, qui pourrait rapidement obtenir le statut de « classique de printemps » tant son D+ est raisonnable et son tracé, à mi-coteau, toujours ludique mais ne cédant à la facilité pour autant.

Fête de l’Ascension oblige, ce jeudi était férié pour toute la Suisse. L’occasion était donc rêvée de partager un peu de soleil avec ceux qui, six mois par an, en sont privé, de la poussière et de la caillasse avec ceux qui sont habituellement condamnés à la gadoue et quelques pans de « vraies » montagnes avec ceux qui doivent se résigner à appeler les leurs, colline, bute ou tertre. L’occasion rêvée de faire un bout de chemin, ou plutôt, des bouts de chemins, avec deux sympathiques « dzodz » sur leurs drôles de machines bleues. Et si après ça, on ne va pas directement au paradis, sans passer par le « start », c’est à n’y rien comprendre à l’utilité des fêtes religieuses.

Hein, quoi ? On y est déjà au paradis…
Mais alors, ça veut dire qu’on a fait tout ça pour rien ?
Pas tout à fait, parce qu’au paradis plus qu’ailleurs, tous les chemins finissent par mener aux incontournables « Caves Ouvertes ».

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer