Malgré quelques aléas matériels, fixation Dynafit explosée le week-end passé, malgré quelques mésaventures somatiques, ligaments déchirés, notre saison de ski de rando se poursuit. Avec un groupe réduit, avec des skis d’emprunt, avec une météo de plus en plus printanière, mais elle se poursuit. Jusqu’à quand ? Peu importe, tant qu’il restera de la neige et la volonté de la skier, on persévérera sur nos lattes. Et comme la semaine à venir est annoncée hivernale et neigeuse en montagne, semaine de Pâques oblige, elle nous fait d’ores et déjà miroiter quelques belles perspectives pour un avril qui pourrait peut-être, un peu, nous réconcilier avec l’hiver.

Fin mars, et ni le Val d’Entremont, ni de Val Ferret n’ont encore eu l’heur de voir nos spatules. Ce pseudo-hiver est particulièrement désespérant, mais pas au point de nous faire oublier nos fondamentaux. Direction la Fouly pour aller rendre visite à notre petit kilomètre de D+ local préféré, Maître Chantonnet, sur son arête frontalière perché. Si la neige, comme partout ces jours-ci, s’y évapore rapidement, y a encore moyen de boucler la rando sans avoir à déchausser, même en démarrant des Granges et en montant par la Léchère. Et, avec un peu de persévérance, on a même fini par y dégotter quelques pans de la neige fraîche à skier, avant de retransiter en douceur vers la moquette humide dont les versants des deux Crettés, de la Perche et de la Gouille, sont désormais recouverts, pour « carver » suavement jusqu’aux rives de la Dranse.