« Croix de bois », une ascension étouffante de chaleur malgré l’altitude.
« Croix de fer », un single à damner un « whistlerien » pur souche.
« Si je mens, je vais en enfer », on en était si loin qu’on aurait pu penser que les portes du paradis sur terre (et sur cailloux) étaient grandes ouvertes pour nous en ce vendredi de canicule. Le chemin descendant de la Croix de Fer sur l’alpage de Catogne ne nous était pas inconnu, mais la plongée sur le village de Trient, via le Pas des Moutons, longtemps interdite aux VTT, vaut son pesant de gouttes de sueur. Panorama, tracé, revêtement, difficultés, tout y est associé pour donner la banane à n’importe quel biker adepte de chemins alpins.

Panoramique, mais surtout là où vous pouvez vous permettre de quitter la trace des yeux, ludique, sans jamais donner dans la facilité, joueur, sans (presque) jamais vous prendre en traître, tortueux, sans jamais vous faire tourner en bourrique et technique sans jamais se montrer insurmontable, c’est plus qu’un chemin, c’est une « perle » comme le massif du Mont-Blanc en est bien trop avare en matière de bike.