Pour vous comme pour moi, le 21 juillet, c’est le 21 juillet. Point barre. Pour les Belges, enfin pour ceux qui causent (presque) comme nous, le 21 juillet, c’est la Fête Nationale. Et pour ceux qui causent (presque) comme nos cousins « germains », le 21 juillet, c’est le « Belgische nationale feestdag ». Non, non, ne riez pas, ça existe vraiment. La fête nationale belge commémore le serment prêté, le 21 juillet 1831 par Léopold de Saxe-Cobourg, premier roi des Belges. Oui, parce qu’en plus, il faut le savoir, si les « Gros-Britons » ont une « queen », les Belges, eux, ont un roi. Alors ne me demandez pas le nom du pharaon en titre, je ne suis pas très branché « contes et légendes monarchiques marinés à la humour d’outre-Quiévrain ». D’autant que, pour moi, les belges n’ont jamais eu qu’un seul roi, mon pote François.

Du coup, pour fêter le retour du « bon » François sur nos hautes terres helvètes nous avons décidé de l’emmener, lui et sa cour actuelle (oui comme chez tous les monarques « branchouilles » elle change souvent) crapahuter sur quelques chemins poussiéreux que son auguste monture fluorescente n’avait encore jamais fouler de son royal crampon. Chronique d’une « souveraine » journée en selle, avec le plus suisse des belges sur quelques escarpés sentiers entremontants.