L’idée ni vraiment raisonnée, ni vraiment raisonnable, de boucler notre mini-trip par la redescente intégrale du glacier d’Aletsch via son single panoramique, un samedi de fin d’été, sonne un peu comme une sorte de dessert empoisonné. Qu’importe, un dessert reste un dessert, et le poison a parfois du bon, à condition de savoir le doser avec parcimonie, doigté et un brin de diplomatie.

Rendez-vous à la première benne pour Kühboden avec la nuée de parapentistes à la chasse aux derniers thermiques de la saison pour la journée « cool » du trip. Fiescheralp sans efforts, le tunnel de Märjela en cadeau, la suite de la journée ne pouvait être que somptueuse. Et elle l’a été autant pour les yeux que pour les bras. Le chapelet de wanderweg longeant le plus grand « glaçon » des Alpes, tantôt techniques, tantôt physiques, mais toujours ludiques est une véritable « tuerie ». Tout y est plus beau, plus grand et plus gratifiant que sur aucun autre Wanderweg, surtout quand dame météo décide de se mettre au diapason d’un environnement dont phénoménal est juste l’esquisse du prénom.

2 Réponses

  1. Daniel

    Stéphane,
    Superbe journée, je serai presque jaloux car deux visites et il faut que je revienne pour ma vengeance !
    Sinon ton pin (photo 32) ne serait-il pas un arolle, spécialité locale ?
    Daniel

  2. Steph

    Salut Daniel,
    Il ‘agit bien d’un arolle, mais l’arolle faisant partie des de la famille des pins : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pinus_cembra, on a tous les deux raison.
    A part ça, l’arolle n’est pas à proprement une spécialité locale, il est répandu dans toute la chaine des Alpes, même s’il ne porte ce nom qu’en Suisse Romande.