Premiers reliefs rencontrés par les perturbations atlantiques abordant les Alpes suisses par l’ouest, le petit massif rocheux des trois tours (Aï, Mayen et Famelon) reçoit souvent des quantités de précipitations plus conséquentes que certaines zones montagneuses à l’altitude plus élevée, mais situées plus à l’intérieur de l’arc alpin. Ce gage d’enneigement, toujours appréciable à l’heure de choisir un itinéraire peu exposé au danger d’avalanche, rajoute aux charmes de ces étonnants pics rocheux émergeant d’une ligne d’horizon dodelinante et forestière, un attrait indéniable qui nous motive, saison après saison, à entreprendre cette rando fort sympathique.

Malgré une météo capricieuse, l’édition 2010 de la Famelon n’a finalement pas dérogé pas à la règle. Un enneigement fort copieux dès les moyennes altitudes et des conditions très hivernales, voire carrément venteuses, les ingrédients habituels étaient une fois encore au rendez-vous, avec cette année, un petit supplément très esthétique pour les paysages, qui avaient revêtus de superbes parures givrées dans le but de s’accorder avec la lumière irréelle et fantomatique du continuel jeu de cache-cache que se sont livrés les nappes de stratus et les rayons du soleil. A signaler un petit bémol pour la descente, avec sa grosse couche de neige fraîche croûtée en surface par les rafales de vent et quelques départs de coulées pas toujours très rassurantes à contourner ou à traverser…