Nouvelle tempête de soleil sur les Alpes pour une rando « énorme ». L’ascension du Wildhorn réunit un dénivelé conséquent, un kilométrage inhabituel et un environnement montagneux grandiose et particulièrement préservé. A la recherche des derniers cristaux de neige poudreuse après une semaine de températures soudainement printanières, nous avions opté pour une sortie de plus haute altitude que de coutume. Pourtant, au départ (très matinal) des Rousses personne n’aurait misé un misérable dollar de l’UBS sur la possibilité de trouver autre chose que de la neige de printemps sur ces versants inondés de soleil de la rive droite de la vallée du Rhône.


Grave erreur. Après une interminable ascension qui nous a mené jusqu’aux confins du canton de Berne, les pentes supérieures du Wildhorn et du glacier des Audannes avaient spécialement réservé à notre intention quelques somptueux pans de neige fraîche à skier. Avec cet hiver mémorable, c’est un peu l’histoire du « Quand y en a plus, y en a encore ! » qui se répète inlassablement, week-end après week-end. Et il y a peu de chances de trouver ici, quelqu’un pour s’en plaindre.