Une semaine de chutes de neige quasi continues, un danger d’avalanche niveau 4 sur le Bas-Valais et le Chablais et un défilé ininterrompu de dépressions atmosphériques toutes plus virulentes les unes que les autres, le programme de cet avant-dernier week-end de janvier s’annonçait (enfin) casanier, douillet, voire carrément paresseux. C’était compter sans l’inattendu mais très appréciable rendez-vous dominical agendé par un resplendissant soleil et une toute nouvelle paire de skis Movement Iki 09/10 piaffant d’impatience dans la pénombre de mon atelier.
Point de sorties à peaux au menu, l’importante couche de neige fraîche étant bien trop pénalisante pour envisager une quelconque ascension, mais une petite journée de Free Ride en périphérie du domaine skiable de Verbier, entre les Attelas et le Châble, via les Mayens de Sarreyer. Dire que je connais personnellement chaque arbre et chaque rocher de cet itinéraire est peut-être exagéré, mais retrouver tous ces lieux mille fois parcourus, recouverts d’une telle quantité d’or blanc était particulièrement étonnant. Avec une couche de fraîche dépassant localement le mètre, bon nombre de pentes faciles à dévaler se sont révélées presque trop peu accentuées pour être aisément skiables. Même avec des skis de rando « mid-fat », comme mes tout nouveaux Iki, il était souvent difficile d’acquérir suffisamment de vitesse pour ressortir de la neige profonde pour en « surfer » la surface. Quand le mieux est l’ennemi du bien, il est parfois bon de se souvenir que nombre d’hivers récents ont été autrement plus avares en or blanc que le peut-être trop généreux millésime 08/09.