Deux cols, de la neige, du soleil, une joyeuse troupe bigarrée et l’idée commune de relier Dorénaz à Ovronnaz à ski. Encore une grande et belle journée d’hiver, beaucoup de dénivelé, beaucoup de transitions à flanc, du portage, du « poussage » et quelques rares descentes susceptibles de venir récompenser une belle débauche d’énergie. Qu’importe, le bonheur de la « peau » tient tout autant dans l’effort physique et la bonne humeur communicative que dans la griserie de descentes gratifiantes mais souvent hypothétiques.

Démarrage en téléphérique depuis Dorénaz, dans la glaciale froidure d’un petit matin dominical, à l’heure où l’idée de rester encore un peu sous la couette en effleure souvent plus d’un. Retour en plaine dans la précoce nuit d’un dimanche soir de décembre au moment où les skieurs-payeurs du week-end s’empilent sur la A9 pour regagner en rangs serrés leur couvercle de status hivernal. Entre ces deux « nuits » trop rapprochées, quelques heures à défier la pente, à braver un vent d’Est tempétueux, à tenter de glisser encore une combe ou une crête plus loin, mais surtout à profiter d’un soleil indéfectible et d’un environnement superbe encore magnifié par sa parure hivernale.

2 Réponses

  1. osteo

    En effet jolie suggestion de rando d’ETE : les skis en moins sur le dos!

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer