Idéalement située sur la rive droite et habituellement dédiée au soleil, cette rando à la Fava a eu pour son millésime 08/09 un arrière-goût plutôt décoiffant. La tempête de foehn qui sévit sur les Alpes s’étant encore renforcée durant la nuit de samedi à dimanche, c’est sur amoncellement de branches cassées et dans un festival de tourbillons de neige soulevée que nous avons, cette fois-ci, attaqué la longue ascension qui mène sur les hauts des Mayens de My.

Une des particularités du foehn, outre l’opportunité d’offrir un temps sec au Valais, est d’être un vent au régime très turbulent dans les vallées alpines. S’engouffrant entre pics et crêtes, ses rafales capricieuses épargnent parfois certaines zones protégées par une arête élevée ou un massif local qu’elles doivent contourner. Jusqu’à la sortie de la forêt, notre trace de montée vers la Fava nous octroyé bon nombre de secteurs déventés, voire même agréablement ensoleillés. Malheureusement, à partir de l’alpage de Pointet, il nous a été impossible d’échapper aux assauts impitoyables d’un foehn annoncé à plus de 150 Km/h dans l’Oberland Bernois. Jusqu’au sommet, la topographie locale, toute en rondeurs, nous a impitoyablement exposé à son cruel mordant.
Au programme, une fois encore, un changement de tenue très ventilé, un arrachage de peaux acrobatique et un pique-nique sommital remis à des heures meilleures.