Challand, Azerin, Creux du Mâ, Boveire, le Cœur, la Vuardette, Erra, les petites bâtisses des alpages se succèdent, notre chemin se rétrécit, se raidit, ondoie, gigote, mais n’en finit pas de se maintenir au-dessus des 2’000 mètres d’altitude, des hauts de Bourg-St-Pierre au Col de Mille, pour une traversée ascendante quasi exclusivement en monotrace.
Mille, Mont-Brûlé, le Basset, Tête de la Payanne, Six Blanc, les alpages cèdent places aux cols et aux sommets. D’ascendante, notre traversée devient « ondulante », mais son itinéraire persiste à rester intégralement single-trackeux.
Chéserey, l’Arpalle, le Vernay, la Biolle, avec la perte d’altitude finale, les alpages reprennent la main, mais notre rando, maintenant descendante, voire localement plongeante, persévère sur les sentiers.

« Single Tracks Day – Higher, Farther, Longer »

Oublié le printemps 08 trop pluvieux !
Oubliés les habits chauds pour la descente !
Oubliées les sorties de remise en forme à moyenne altitude !
En 7 heures de selle, nous avons renoué avec le véritable « Mountain Bike », celui qui nous motive à réenfourcher nos spads poussiéreux à peine l’hiver terminé, celui qui nous pousse à nous retrouver week-end après week-end pour partir à la découverte de nouveaux « spots », celui qui sollicite parfois durement nos corps mais comble toujours nos âmes.

Chronique d’un solstice d’été caniculaire dans un environnement somptueux et exigeant.

Une réponse

  1. PA

    Que c’est beau ! :o))

    Vues de mes plaines, ces photos semblent irréelles, ou retouchées par un magicien de la palette. Les singles, carrément paradisiaques mais subtilement sinueux, dessinés pour le plaisir du rider.

    Bon sang, j’ai hâte de revoir ces paysages et de retrouver cette ambiance valaisanne …

    @+

    PA