Les jambes blanches, le cul sensible, les avant-bras et les poignets douloureux, les mollets un peu anémiques et un gros manque de feeling…
– C’est grave, docteur ?
– Ca dépend. Vous avez d’autres symptômes ? Les pulsations ? Le souffle ?
– De ce côté-là, c’était plutôt « moins pire » que d’hab à cette saison.
– Mmmhh… Je pencherai pour le syndrome du B.R.S.*
– Ah bon ! Et ça se soigne comment docteur ?
– C’est très simple. Faites une cure de VTT, 2 à 3 fois par semaines, par exemple, mercredi, vendredi et dimanche. Dans 6 à 7 mois votre organisme devrait avoir vaincu cette pathologie.
– Merci docteur. Pour une fois, je pense que je vais suivre vos conseils à la lettre.

Trop chaud, trop raide, trop dur, mais trop bon. Chaque printemps, le retour dans la poussière des chemins est comme une petite renaissance. Finis l’obscurité, le froid, la neige et …. la glisse, place à la lumière, à la douceur, à la terre et …. à la sueur. Quel bonheur de retrouver les chemins poussiéreux furetant à travers le Bois de Finges, les racines traîtresses des rives du grand Bisse de Varen, les enfilades piégeuses des méandres du Bisse-Neuf et … les terribles pourcentages du sentier Mollens-Cordona. Un retour en selle d’autant plus apprécié qu’il se faisait, pour moi, avec un nouveau et, je l’espère, fidèle compagnon à deux roues, directement importé de sa Californie natale. Si l’Ibis ne vole pas encore très agilement, moteur poussif et câblage approximatif, les premières sensations entrevues à son guidon laissent présager d’une belle et grande saison en sa compagnie.

* (Brusque Retour en Selle)