Envisagée comme une petite escapade automnale dans le but de compléter la mise au point d’un potentiel tour du Grand-Combin « grand public », en quatre étapes, notre sortie dominicale dans le Val d’Aoste voisin s’est révélée beaucoup plus ardue que prévu. A la recherche d’un itinéraire praticable entre Etroubles et Courmayeur, nous sommes partis à la découverte du Col Serena sans trop savoir où nous allions poser nos crampons. Sur le papier, l’ascension des 1’000 mètres de dénivelé entre St-Rhémy en Bosses et la Fenêtre de Serena semblait tout à fait réalisable pour des VTTistes quelque peu aguerris et motivés. La réalité du terrain a, une fois n’est pas coutume, démenti les présuppositions des cartes topo.

L’entrée en matière entre la station inférieure des remontées de Crevacol et le petit alpage d’Arp du Bois est certes très pentue, mais parfaitement négociable « on the bike » avec un minimum d’entraînement et une bonne dose de volonté. La suite, par contre, se révèle beaucoup plus délicate à proposer à des bikers peu enclins au portage. La quasi intégralité du chemin pédestre menant au Col Serena est impraticable sur le vélo et compliquée à gérer en poussage, plus en raison de son revêtement très caillouteux que de sa pente, localement moins abrupte. Sans portage, point de salut ! 500 mètres de dénivelé, vélo sur le dos, restent un challenge que des bikers peu accoutumés à cet aspect du bike alpin, risquent de trouver assez amer. C’est malheureux parce que le versant sud du Col Serena regorge de prairies à travers lesquelles le chemin pédestre est un vrai régal à dévaler. La descente du Vallon de Vertosan, même si elle ne conduit pas directement sur Courmayeur, reste un itinéraire parfaitement envisageable pour un projet au devenir désormais incertain.