S’il fallait classer les haut-lieux du VTT alpin, je pense que le Col du Demècre ferait certainement partie des prétendants au titre. Altitude idéale (2’469 mètres), paysages grandioses, itinéraires d’accès variés et chemins pédestres nombreux et souvent bien adaptés à la pratique du deux-roues, les innombrables qualités de ce « spot » sont aujourd’hui largement reconnues dans le milieu du VTT régional. Adeptes de longue date des sorties VTT au Demècre, nous avions pris pour habitude d’y accéder par son côté Est, à partir de Fully, via Chiboz, l’Erié puis Sorniot, pour ensuite redescendre par son sublime versant Ouest, en direction de Dorénaz. Pourtant, une fois n’est pas coutume, ce dimanche nous avons opté pour un itinéraire inédit et partiellement inversé.

Si l’interminable ascension de la piste forestière menant à l’alpage de Malève reste un exercice physique « pur et dur », pas forcément très intéressant, la suite de la montée vers le col, à travers pâturages et forêts de mélèzes, puis d’arolls, prend une toute autre dimension. Raide et terriblement exigeante, cette seconde partie est incroyablement gratifiante, par la qualité de ses single-tracks et la majesté de ses panoramas. Une fois au sommet, quitte à persévérer dans l’originalité, nous avons opté pour une descente « directissime », via la vaste combe de Chalet-Neuf, sur l’Au d’Arbignon, puis les Monts de Collonges, délaissant, sans regrets l’habituelle traversée surfréquentée sous les apics du Chavalard, au profit d’un itinéraire inédit et plus ludique, mais surtout un environnement grandiose et peu connu.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer