Il y a bien des façons de se rendre dans ce célèbre spot des hauts de Verbier : en hiver, la plus usuelle consiste à emprunter les remontées mécaniques de la station. En été, le choix est plus vaste. A partir de la Croix de Coeur, on peut y accéder soit par le très couru chemin des Crêtes, soit encore par le Col des Mines et sa piste rocailleuse. A partir des Ruinettes, l’itinéraire est moins pittoresque : il faut remonter la piste de la Combe de Médran et franchir le Col des Attelas. A partir de la Tsoumaz, le vallon d’Arby et l’alpage de Chassoure en sont les portes d’accès et à partir de Tortin, la terrible remontée de la légendaire piste de ski en est le prix à payer.


Originaire et habitant de la région, je connais bien évidemment tous ces itinéraires. Mais démarrer du village d’Isérables, sur les flancs de la vallée du Rhône pour grimper jusqu’à la cuvette naturelle des Lacs des Vaux, par l’alpage de Ballavaux, les flancs du Mont Gond et les arêtes escarpées des Pointes des Champs Ferret, qui plus est à VTT…. c’était pour moi une première… que je ne suis pas prêt d’oublier. Actuellement encore, je ne suis pas certain que le VTT soit indispensable, du moins en ce qui concerne la partie montante. Par contre cet itinéraire original, vaut son pesant de panoramas superbes et aériens. Si comme nous, vous êtes irrémédiablement accros de bike, emmenez-le néanmoins sans regrets. Il vous faudra le porter plus qu’il ne vous portera sur les premières heures, mais il vous sera un allié précieux pour affronter la superbe mais longue descente du retour, que vos jambes meurtries n’apprécieront pas forcément après une telle escapade.