Un Maimbré sans s’embourber, on en avait rêvé, désormais c’est fait !
En même temps, si le chemin de Donin du Jour avait réussi à conserver des tronçons de boue avec l’été que nous vivons, ça aurait été à n’y rien comprendre au réchauffement climatique tant redouté.

Le Maimbré, avant de devenir un itinéraire de rêve en pénétrant dans le vallon de la Sionne, c’est avant tout une ascension casse-pattes. Alors, même si, une fois n’est pas coutume, nous avons opté pour la piste des Grillesses plutôt que la montée « impossible » par la forêt de la Dent, l’exercice reste rugueux et pulsant. En gros, deux pignons (les plus gros) suffisent sur les 6 premiers kilomètres. Ensuite, même eux ne serviront plus.
Stage de sherpa obligatoire !

Mais quand tout bascule, déclivité et vallée, alors, on entre dans une autre dimension. Si la « juvénile » Sionne est réputée pour son site d’étude sur les avalanches, en hiver, à la belle saison, elle offre une belle brochette de chemins tous plus « bikables » les uns que les autres… à condition d’aimer les pierres qui roulent et la caillasse qui flotte. Et, si d’aventure, une fois à Dorbon, comme nous, vous décidez de tourner le dos à notre rivière « capitale » , vous aurez alors le bonheur (et la sueur) de rajouter deux bisses en guise de dessert. Le bagarreur et exigeant Bitailla, suivi quelques kilomètres de chemins poussiéreux plus bas, par le beaucoup plus conciliant et roulant Clavaux.

Encore une superbe weekend estival, au régime avec « selle ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.