En traversée ou en aller-retour, en musculaire ou en assisté, une Durand reste un Durand. Un itinéraire à faire ou à refaire, au moins une fois par saison. 2017 avait été l’exception qui confirme cette règle immuable. 2018 redonne à Madame Durand tout son piquant, avec, en prime, une fois son sympathique va-et-vient frontalier expédié, un petit tour de barrage supplémentaire.

Le Levo étant assez proche du chameau en matière de consommation, on aurait tort de se priver de son appoint d’autonomie alors qu’il ne demande qu’à rouler, à être pousser ou, beaucoup moins drôe, à être porter.

Deux randos en une. On en avait rêvé, le Levo nous (un peu) aidé à le faire… mais pas que…
E-Tsofeiret, plus jamais !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.