N’en déplaise aux « matheux », deux « Half Mile », même rapprochés dans le temps, n’ont jamais fait et ne feront jamais un « full » Col de Mille. Bien que partageant la même région, ces deux itinéraires voisins n’empruntent ni les mêmes chemins, ni le même versant et ne partagent même pas forcément leur point culminant. Chacun son côté et les bikes seront bien gardés. Le « full », au départ de Bourg-St-Pierre, reste un morceau autrement plus exigeant que le « half », même au départ du Châble. Ni vraiment très dénivelé (1250 mètres de D+), ni vraiment très pentu, car souvent à flanc, c’est son itinéraire quasi intégralement en « single » qui fait à la fois la difficulté et le charme du « full ».

Sur son chapelet de chemins de montagne, aucun des mètres à rouler ou à gravir n’est véritablement simple. A grand renfort de cailloux mal placés, de sillons trop profonds ou de « raidards » patibulaires (mais presque), tous les sentiers menant de l’alpage d’Azerin au sommet du Mont-Brûlé, rivalisent de malice pour savoir lequel sera le meilleur pour vous forcer à mettre pied à terre. Un défi permanent à la volonté, la technique et à la force des jambes, que même l’assistance d’un « gentil » Levo ne garantit pas de gagner à tous les coups.
Et tout ça, pour retrouver un de nous meilleurs amis de l’été, le somptueux « Moay-Douay », ses épingles retorses, sa déclivité très avérée et ses marches souvent cachées.

Quand on aime, on ne compte ni ses puls’, ni sa sueur, et encore moins ses inévitable cales aux mains.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.