S’il y a bien une chose maintenant acquise en matière de météo, ce sont ses incroyables caprices.
Après un début de saison tonitruant, froid et très neigeux, nous voilà déjà catapultés à la case printemps, sans avoir véritablement passé par le « start » hiver. Le désormais habituel mode « yo-yo » retrouve ses mauvaises habitudes. Les températures rejouent aux montagnes russes, comme si les Alpes en faisaient partie. +7° à 2’000 mètres, ça fait à la fois beaucoup d’écart avec la tenace froidure que nous avons connue depuis début décembre et pas très sérieux pour un Noël blanc à défaut d’être sibérien.

Qu’importe les conditions quand on peut passer son début de réveillon sur les « lattes !

Partis pour revoir la croix de l’imprononçable Gitzitotz, nous avons finalement échoué sur une antécime du non moins guttural Tschajetuhorn, son proche voisin par l’altitude plus que par sa proximité géographique. La faute à une trace qui n’allait pas vraiment là où nous avion prévu et à un manque de motivation pour faire la nôtre sur une neige croûtée en surface et cassante sous le ski.

Comme la région ne manque pas de balcons ensoleillés avec vue panoramique, notre entame de réveillon ne s’en est trouvée ni moins gratifiante ni moins originale.

Bonnes fêtes à tous !