Traversées mythiques pour été indien persistant, épisode 2 !

Après le « Loetsch » et son unique « presque » 4’000, voici le haut val d’Anniviers et sa couronne de géants éternellement blancs. Après l’austère et rugueux Bietschhorn, place aux imposants et majestueux Weisshorn, Zinalrothorn, Obergabelhorn, Dent Blanche, Dent d’Hérens et, last but not least, Mr Cervin « himself ». Une époustouflante brochette de « gratte-ciel » qui n’était pourtant que le décorum de notre escapade anniviarde. Notre motivation reste beaucoup plus terre à terre, limite ras les pâquerettes. Du ruban ocre ou gris, poussiéreux ou humide, meuble ou rocailleux, accroché aux flancs d’alpages désormais désertés, que certains appellent « wanderweg », d’autres, « singletrails », d’autres encore, « chemins pédestres » et que nous, préférons simplement rouler plutôt que nommer.

Et, en la matière, Zinal, c’est génial, mais Soussillon, c’est si bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.