Après un « Resti », vendredi, une « Varner », lundi !

Les grandes « classiques » d’été se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Si le « Resti » vaut d’abord pour son ambiance montagneuse et ses paysages majestueux, la « Varner », à l’inverse, vaut avant tout pour son itinéraire particulièrement « bikable » . Même si, en matière de panoramas alpins, le vaste plateau abritant les alpages de Varen se défend plutôt pas mal, ce sont avant tout les chemins qui relient les deux rives de notre « Roestigraben » valaisan qui valent le déplacement, surtout si vous le faites avec votre bike.

En effet, à l’exception d’une courte série de poussages/portages, dans son secteur initial, tout cet itinéraire respire les bons plans pour le bike. Son long cheminement ascendant à flanc, sa traversée des vastes plateaux sommitaux et surtout, sa somptueuse descente finale sur Chäller, puis Varen rivalisent d’atouts pour combler les « bikers » motivés et bien inspirés.

Une saison sans (au moins) une « Varner » n’est pas une saison ratée, c’est juste une idée impensable !
Et, désormais, ce ne sera pas 2017 qui fera une première exception à cette règle immuable.