Même s’il ne propose pas l’itinéraire le plus « bikable » du Valais, même s’il n’offre pas la descente la plus gratifiante du canton, le « Resti » reste le « Resti », une façon grandiose d’accéder au majestueux Loestchental. Face à son plus célèbre pic, le Bietschhorn, dans le prolongement de sa branche principale, 1’300 mètres au-dessus de son premier village, le Restipass n’est pas juste un col, c’est une extraordinaire porte d’entrée dans une des vallées les plus mythiques du Vieux-Pays.

La franchir vous fait brutalement pénétrer dans un univers austère, abrupt, reculé. L’impression de passer d’un monde en marche forcée à celui d’une vallée hors du temps est aussi saisissante qu’apaisante. Le temps d’un chemin, les minutes deviennent rochers virevoltant sous les roues, les heures, terre meuble ondulant au chant mélodieux de la roue libre, et la sueur, eau fraîche gargouillant paisiblement à travers les vertes pâtures d’altitude.

Heidi, Heidi, lass Poesie fallen ! Die Roitschäggättä sind verrückt geworden !

Une réponse

  1. Reusser Patrick

    punaise, je l’ai fait l’année passée un poil avant. Le premier bout passait nickel….sur la neige. Là il reste presque que dale.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.