Avec son D+ initial à choix multiple, St-Luc/Tignousa et/ou Chandolin/Illpass, avant l’incontournable portage du Meretschihorn, l’Illsee conserve, saison après saison, sa singulière réputation de parcours plus exigeant pour les bras que pour les jambes. Les 2’000 mètres de D- de sa redoutable descente finale sur Agarn étant chaque année un plus creusés et plus cassants, ce sont généralement les poignets, les avant-bras et les épaules qui « dégustent », bien plus que l’immuable duo « cyclo », mollets/cuisses, sur la « petite » trentaine de kilomètres de ce formidable itinéraire alpin.

Pour ce millésime 2017, outre un départ « ultra » matinal, histoire de boucler avant les orages annoncés, nous avons opté pour le D + médian, Chandolin/Illpass uniquement, histoire de garder suffisamment de « jus » et de lucidité pour aborder la longue plongée vers la plaine du Rhône et son Bois de Finges, sous les meilleurs auspices.

Nos vendredis se suivent et finissent de plus en plus par se ressembler. A leur menu, pas de poisson, mais un mets moins délicat et plus goûteux, que l’on nomme « chemin », « wanderweg » ou « sentiero », selon le versant des Alpes ou le côté de la Raspille sur lequel il déroule son étroit ruban de terre meuble ou de caillasse instable.