Les années se suivent, et nos fins de printemps se ressemblent. Entre Ascension et Fête-Dieu, comme des oiseaux migrateurs bien réglés, nous repartons vers le sud. Il y a d’abord eu le Tessin, puis le Maroc, les Canaries, la Sierra Nevada, avant que nous découvrions ce petit bout de Costa Blanca aux « sierras » cernées de mer, au micro climat « insolent », et à la douceur de vivre contagieuse. Le reste n’est qu’une histoire d’atomes crochus et de connivence. De « crew », les membres du « Costa Blanca Enduroland Team » sont devenus « potes » et les rugueux « senderos » de la « Marina Baixa » se sont « flowiser » à la vitesse grand V.

Altea, version 2.0, le retour !

Un nouveau coup d’aile orange et blanche, et nous revoilà à l’aéroport d’Alicante, pardon, d’Alacant, dialecte valencien oblige, à prodiguer « muchos besos y abrazos » à Josélito, notre guide « y papá a la semana », puis au « Guijarro », chez David, à choisir nos montures d’emprunt, et enfin, rapidement sur les hauteurs de la Nucia et dans les forêts de Xirles, pour dégourdir nos gambettes et aiguiser notre coup de guidon, dans le sillage de Dani, le 3ème membre du « gang ».

Altea, t’y va et, souvent, t’y revient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.