Les probabilités de pouvoir entreprendre une « Varner » supplémentaire, en novembre, sont probablement les mêmes que celles de voir, un jour, nos « chères » primes maladie stagner ou mieux, diminuer. C’est à dire, proches de zéro. Et pourtant, même si nous ne sommes que le premier jour de ce mois à la réputation morne et froide, nous avons réussi à regagner, une fois de plus, le panoramique et vaste plateau alpin servant de terrasse aux différents alpages de Varen. Malgré une deuxième incursion de la neige, en milieu de semaine, notre duo préféré, haute-pression et douceur en altitude, a immédiatement remis le couvert pour nous offrir cette opportunité rare et appréciable : rouler au-dessus des 2’200 mètres d’altitude un jour de Toussaint.

Après « Halloween In Aletsch », l’an passé, à la même date, voilà « Allerheiligen In Varneralp ». Décidément, soit madame Météo est particulièrement espiègle, soit elle est drôlement bien synchronisée dans son « soi-disant » dérèglement, pour nous offrir, cette année encore, ce très tardif épisode « indien », avant de basculer du côté obscur du calendrier. Tant mieux pour nos roues à crampons et tant pis pour nos lattes carvées, qui devront prendre encore un peu leur mal en patience, avant d’être, à nouveau, dépoussiérées.