Le Pays d’Enhaut ne porte jamais aussi bien son nom que durant la dernière semaine de janvier. Chaque année à pareille époque, son espace aérien est envahi par une nuée d’objets volants plus ou moins identifiés. Les ballons et mongolfières aux enveloppes multicolores ou aux formes originales parcourent le bleu du ciel à la recherche de courants permettant à leur aérostiers de rivaliser d’adresse et de virtuosité dans d’impénétrables joutes silencieuses ou plus prosaïquement, se contentant d’allumer dans les yeux des nombreux spectateurs, la flamme d’un bonheur simple et poétique.


L’incroyable spectacle de toutes ces tâches bigarrées suspendues entre ciel et terre, évoluant avec douceur et onctuosité est un régal sans pareil pour l’âme d’enfant qui sommeille en certains d’entre nous. La majesté des paysages hivernaux et le concours d’une météo souvent bénie contribuent à transporter le spectateur le plus terre à terre dans un univers grandiose et merveilleux où l’imaginaire poétique s’insinue doucement. Au gré des lentes évolutions aériennes, les esprits les plus obtus et les plus affairés s’adoucissent et s’ouvrent imperceptiblement au charme d’un spectacle féérique. Les yeux se mettent lentement à briller et les sourire béats fleurissent sur les visages dressés vers le ciel.
Vous avez dit semaine de ballons à air chaud de Chateau-d’Oex ou voyage au Pays du bonheur ??